Cancer du poumon

Pourquoi la HAS dit non au dépistage chez les fumeurs Abonné

Publié le 27/05/2016
Pourquoi la HAS dit non au dépistage chez les fumeurs

ouverture
ZEPHYR/SPL/PHANIE

Au terme d’une analyse des essais randomisés, la HAS s’est prononcée contre un dépistage systématique du cancer du poumon chez le fumeur, faute de données suffisamment solides. Cet avis intervient alors que les cigarettiers se mettent au paquet neutre et que les « anti-tabac » se préparent à la Journée mondiale sans tabac du 31 mai.

Le dépistage du cancer du poumon n’est pas à l’ordre du jour. La Haute Autorité de Santé (HAS) est formelle : « Les conditions ne sont actuellement pas réunies pour que ce dépistage soit possible et utile » et insiste sur la nécessité de poursuivre la recherche sur ce cancer et d'intensifier la lutte contre le tabagisme. Pourtant, le cancer du poumon semblait une bonne cible pour le dépistage. Responsable de 30 000 décès chaque année, il est lié dans 90 % des cas au tabagisme et est grevé d’un mauvais pronostic. Quand il est diagnostiqué, il l’est généralement à un stade avancé…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte