BPCO

Pour une pratique de la spirométrie en médecine générale  Abonné

Publié le 07/03/2014

La plupart des bronchopathies sont traitées sans EFR préalables, ce qui va à l’encontre des règles de bonne pratique. « Or le médecin généraliste (MG) est le premier acteur du diagnostic précoce », rappelle le Dr David Darmon (Nice). Jusqu’ici les essais de dépistage par des mini-spiromètres type Piko 6 ont échoué. En cause des formations trop courtes et hétérogènes, un manque de connaissance de la physiopathologie respiratoire, de suivi post-formation et de reconnaissance financière.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte