Sevrage tabagique : les nouvelles recos prônent plus de volontarisme

Pour la HAS, le praticien doit inciter tout fumeur à arrêter Abonné

Publié le 24/01/2014
Pour la HAS, le praticien doit inciter tout fumeur à arrêter


KTSDESIGN/SPL/PHANIE

Parce que le tabac tue 50% des fumeurs réguliers et diminue de plus de 20 ans leur espérance de vie, la nouvelle recommandation de la HAS sur le sevrage tabagique invite les généralistes à être plus incisifs avec leurs patients fumeurs. Et à troquer le conseil minimal pour un conseil d’arrêt systématique. Une démarche novatrice mais jugée encore trop frileuse par certains tabacologues.

« Vous fumez et vous prenez la pilule, il va falloir penser à changer de moyen de contraception. » Dix ans après, Nathalie Clastres s’en souvient encore. Alors qu’elle consultait son médecin traitant pour un renouvellement de pilule, celui-ci n’a pas hésité à lui parler prévention… sans pour autant évoqué le sevrage tabagique ! Depuis, les choses ont changé et cette « représentante des usagers » a réussi à laisser tomber la cigarette avec le soutien de son généraliste. Mais l’anecdote reste révélatrice : devant un patient fumeur le réflexe n’est pas toujours de lui parler sevrage. Face à cet…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte