Pour éviter les ruptures de soins, la HAS encourage à contacter les patients vulnérables

Par
Publié le 03/04/2020
Personne âgée

Personne âgée
Crédit photo : BURGER/PHANIE

Alors que depuis plusieurs jours, certains généralistes s’inquiètent de voir leurs cabinets désertés et appellent leurs patients à ne pas couper les ponts, la HAS encourage à aller au-devant des malades chroniques les plus vulnérables.

Saisie sur la question de la continuité des soins en période de Covid-19, l’institution vient de publier plusieurs fiches sur ce thème. Baptisées "réponses rapides", ces préconisations ont été conçues pour « apporter en urgence une réponse concrète, claire et scientifiquement étayée aux questions actuelles des professionnels de santé, des patients et de l’État ». Construites en collaboration avec les professionnels de santé et les associations de malades, « ces réponses rapides sont provisoires : elles seront actualisées dès que nécessaire et ne sont valables que durant l’épidémie de COVID-19 », précise la HAS.

L’une d’entre elles s’est penchée plus spécifiquement sur le suivi, pendant la période de confinement, des personnes non symptomatiques du COVID-19, atteintes de maladies chroniques somatiques.

Patients en ALD, personnes âgées à domicile, sujets polypathologiques, personnes atteintes de troubles psychopathologiques, ou encore patients ne suivant pas régulièrement leurs traitements : le document appelle à « repérer, contacter et renforcer la surveillance pour toutes les personnes dont la situation est plus à risque ». Ce repérage « se fait au sein de la patientèle, du cabinet médical, de la maison de santé ou même du territoire. Il peut être facilité par un travail en coordination avec les acteurs des collectivités territoriales (CCAS et mairies notamment) ».

Continuité du suivi

La HAS invite à rappeler aux patients « la nécessité de poursuivre la prise en charge de leur maladie », en soulignant notamment l’importance de ne pas interrompre un traitement de fond sans avis médical et d’assister aux consultations médicales nécessaires (en privilégiant la téléconsultation lorsque cela est possible) et le suivi paramédical le cas échéant. 

La nécessité d’un renforcement du suivi, médical, infirmier ou par un autre professionnel (masseur-kinésithérapeute, psychologue, etc.) doit être évaluée.

Les patients doivent aussi être avertis du « risque plus élevé de forme grave du Covid-19 en cas de maladie chronique » et informés de la nécessité « d’alerter son médecin traitant en cas de symptômes inhabituels ».

La HAS appelle également à « s’assurer que le patient dispose des moyens de protections vis-à-vis du virus, de moyens de communication suffisants, des coordonnées des contacts médicaux et paramédicaux, des médicaments nécessaires » et à « encourager le maintien d’une bonne hygiène de vie et d’une activité physique a minima ».

Quatre autres "réponses rapides" portant sur la grossesse et le suivi post-natal des femmes et de leurs enfants ; la prise en charge des patients souffrant de pathologies psychiatriques en situation de confinement et la téléconsultation et le télésoin sont également disponibles sur le site de la HAS.


Source : legeneraliste.fr