Points forts à retenir  Abonné

Publié le 13/03/2015

• Nous disposons actuellement de données pour une prise en charge optimale de la très grande majorité des douleurs rencontrées chez l'enfant.

• L’anxiété majore la perception de la douleur chez l’enfant ; les moyens non médicamenteux peuvent contribuer significativement au soulagement de l’enfant.

• Un enfant peut évaluer lui-même l’intensité de la douleur à partir de 4 à 6 ans ; pour les enfants plus jeunes, l’utilisation de grilles d’observation comportementale est indispensable.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte