Plaidoyer pour le repérage précoce en soins primaires  Abonné

Publié le 27/03/2020

L’Aquitaine s’est fortement impliquée en addictologie depuis une vingtaine d’années, ce qui a permis de former 15 000 personnels de santé aux RPIB (repérage précoce et interventions brèves). Même s’ils ne le pratiquent pas tous, environ 50 à 70 % des médecins traitants y ont été formés. Les Journées de la Société française d’alcoologie ont été l’occasion de revenir sur leur expérience et sur l’intérêt de cette approche en soins primaires.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte