Rhumatologie

PENSER A L’OSTÉOPOROSE CORTISONIQUE  Abonné

Publié le 19/06/2009
La cortisone est la cause la plus fréquente d'ostéoporose induite par les médicaments (1). Les femmes et les hommes de tous âges et toutes origines ethniques perdent de la masse osseuse pendant une corticothérapie générale. Les fractures vertébrales incidentes sont, en l'absence de prévention, très fréquentes chez ces patients (30 à 50%).

Crédit photo : ©THOMAS E

?Christiane R., 63 ans, consulte pour des rachialgies diffuses. Pour des antécédents d’asthme sévère, elle a reçu de façon intermittente de nombreuses cures de Solupred® à des doses oscillant entre 40 et 60 mg/j. Actuellement, elle n'en prend plus que 10 mg/j. Christiane a été ménopausée à 50 ans et n'a pas pris de THS. Elle n'a pas d'antécédent personnel ou familial de fracture. A l'examen, il existe des signes modérés d'hypercorticisme, la taille est stable, il n'y a pas d'impotence fonctionnelle ni de syndrome fracturaire vertébral.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte