Pathologies vésicales

Penser à la polymédication et aux démences  Abonné

Publié le 21/11/2014

Certains médicaments retentissent sur le fonctionnement vésical, principalement les diurétiques susceptibles de décompenser ou d’aggraver une hyperactivité vésicale. Quant aux traitements à tendance anticholinergique, en bloquant le système parasympathique, ils favorisent le résidu mictionnel. La prudence s’impose par ailleurs quant à l’emploi chez les seniors de ces molécules, car elles peuvent détériorer des troubles cognitifs préexistants.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte