Pathologies cardio-vasculaires : le mal de la France d’« en haut »  Abonné

Publié le 18/12/2015
coro

coro
Crédit photo : VOISIN/PHANIE

L’approche des accidents cardio-vasculaires (CV) en phase aiguë est désormais en France globalement homogène, en dehors de quelques territoires géographiquement isolés. Par contre, la prise en charge des facteurs de risque au regard des facteurs psychosociaux fait ressortir de larges inégalités en fonction des régions et des niveaux socio-économiques. Plus inquiétant, ce sont les populations les plus exposées qui profitent le moins des progrès réalisés sur la morbi-mortalité cardio-vasculaire.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte