Pas si bénin le syndrome de Raynaud !  Abonné

Publié le 09/09/2016

Crédit photo : DR P. MARAZZI/SPL/PHANIE

La version 2016 de l’EULAR a consacré de nombreuses sessions à la médecine interne avec notamment plusieurs communications dédiées à la sclérodermie ou au lupus mais aussi au phénomène ou syndrome de Raynaud (SR). Ce motif de consultation est fréquent (4 à 6 % de la population) surtout chez les femmes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte