La HAS revisite l’IVG médicamenteuse en ville

Par
Publié le 14/04/2021
Avant comme après 7 SA, l'IVG médicamenteuse repose notamment sur l'administration de mifépristone.

Avant comme après 7 SA, l'IVG médicamenteuse repose notamment sur l'administration de mifépristone.
Crédit photo : GARO/PHANIE

Voilà un an que le délai de recours à l’IVG médicamenteuse en ville s’est vu allongé de 7 à 9 semaines d’aménorrhée (SA). Une mesure jusqu’à présent dérogatoire et temporaire, prise au pic de la première vague épidémique afin de contourner la limitation des déplacements induite par le confinement strict ainsi que l’embolisation des établissements de santé.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte