C'est arrivé le 28 décembre 1981

Naissance de Louise Brown, le premier bébé-éprouvette

Par
Alain Létot -
Publié le 28/12/2015
éphéméride

éphéméride

Le premier « bébé-éprouvette », Louise Brown, est né le 25 juillet 1978  grâce à la technique développée au Royaume-Uni par les docteurs Patrick Steptoe et Robert Geoffrey Edwards. Ce fut ensuite en Inde que fut pratiquée par le Dr Subhash Mukhopadhyay  la deuxième FIV au monde qui aboutit le 3 octobre 1978 à la naissance, à Calcutta, de Durga. Puis ce fut le tout des États-Unis où la naissance du premier bébé-éprouvette, Elizabeth Carr, eut lieu le 28 décembre 1981.   

Amandine, premier bébé-éprouvette français


La première FIV en France donna naissance à Amandine le 24 février 1982 à l'hôpital Antoine-Béclère de Clamart (Hauts-de-Seine). Elle a été réalisée grâce à la collaboration du biologiste Jacques Testart, du gynécologue René Frydman et du Pr Émile Papiernik.

En France, depuis « Amandine » (en 1982) à fin 2008, en 26 ans, environ 200 000 bébés (0,5 % des naissances) sont issus d'une fécondation in vitro, avec un taux qui augmente d'année en année (en France, environ 11 000 naissances sur 750 000) ; Il s'agissait de stimulations ovariennes le plus souvent mais pour 0,8 % d'insémi�nation artificielle et pour 1,7 % des cas de fécondation in vitro (FIV, dont le taux de succès s'est beaucoup amélioré (20 à 25 % des tentatives donnent au moins un enfant vivant). C'est la FIV qui a le plus progressé de 1998 à 2008 (de 0,52 % des naissances en 1988 à 1,74 % en 2006). En 2005–2006, 3 % seulement des enfants issus de FIV en France n'étaient pas issus des gamètes de leurs « parents génétiques » (304 enfants conçus par dons de sperme en 2006, 106 par don d'ovules et 10 par accueil d'embryons). En France, 18 % des naissances issues de FIV donnent des jumeaux (contre 2 % pour l'ensemble des naissances)


Aujourd’hui, près de 300 000 FIV sont tentées chaque année en Europe avec un taux de réussite voisin du tiers.


Louise Brown a eu une sœur, Natalie, également conçue par FIV et elle a accouché en 2006 d’un garçon, Cameron, conçu naturellement.

 « Les personnes nées par FIV n'ont pas plus de problèmes d'infertilité que les autres »


Quant à Amandine, elle a , le 12 juin 2013 à l’hôpital Foch de Suresnes, donné naissance à une fille de 3,2 kg, Ava avec l’aide du… Pr René Frydman qui l’avait aidée à voir le jour 31 ans auparavant… Dans un entretien au  « Journal du Dimanche», Amandine expliqua, à cette occasion, qu'elle avait voulu médiatiser la naissance de sa fille pour démontrer que « les personnes nées par FIV n'ont pas plus de problèmes d'infertilité que les autres. C'est un symbole : la médecine aide des couples à un moment et, trente ans plus tard, tout est naturel. On n'hérite pas de l’infertilité… ».


Source : legeneraliste.fr