C'est arrivé le 18 octobre 1326

Mort de Mondino de Liuzzi

Publié le 18/10/2014

Crédit photo : GARO/PHANIE

La dissection des corrps humains pratiquée couramment à Alexandrie au IVe siècle av. J.-C. fut ensuite négligée par les Grecs avant d'être interdite par les Romains. Ce n'est qu' au début du XIVe siècle que l'anatomiste Mondini de Liuzzi, bravant les interdits de l'Eglise, remit la pratique de la dissection au goût du jour.

[[asset:image:3151 {"mode":"full","align":"","field_asset_image_copyright":[],"field_asset_image_description":[]}]]

Descendant d'une famille ghibeline de Florence, Mondino de Liuzzi - connu également sous le nom de Mondinus - est né vers 1270 à Bologne. Après avoir étudié à la Faculté de philosophie, il poursuivit son cursus au sein du collège de médecine de l'université de Bologne sous l'autorité de deux éminents professeurs : Thadée de Florence (Taddeo Alderotti) et Henri de Mondeville. Après avoir obtenu son bonnet de médecin aux alentours de 1490, il s'illustra par de brillantes conférences sur la médecine pratique et la chirurgie. Parallèlement à sa carrière médicale, Mondino de Liuzzi exerça ses talents de diplomate comme ambassadeur de Bologne auprès de Jean, le fils du roi Robert Ier de Naples.

La première anthropotomie avérée depuis l’Antiquité

Mais si le médecin italien est passé à la postérité, c'est pour avoir réhabilité la dissection. En 1315, il composa à l'intention de ses élèves un manuel " Anathomia ". On y trouve le premier témoignage explicite d'une anthropotomie depuis l'Antiquité grecque. Mondino y explique avoir ouvert les corps de deux femmes, l'une en janvier 1315 et l'autre en mars.

[[asset:image:3156 {"mode":"full","align":"","field_asset_image_copyright":[],"field_asset_image_description":[]}]]

Marqué par les conceptions de Claude Galien sur le corps humain, le texte de Mondino de Liuzzi circula d'aboird sous forme de manuscrits avant de connaître, à partir de 1478, plusieurs éditions imprimées accompagnées de commentaires d'Achillini, Berengario ou Johann Dryander. L'ouvrage servit de manuel de dissection à plusieurs générations de pratiquants jusqu'aux travaux d'André Vésale, puis de Fallope, dans le deuxième quart du XVIe siècle.

En 1321, Mondino de Liuzzi fut nommé professeur de médecine à l'université de Bologne où le théâtre anatomique du palais de l'Archiginnasio conserve toujours sa statue.

Mondino, mort à Bologne en 1326 et enterré dans l'église paroissiale de San Vitale Agricole, publia aussi des commentaires sur les " Canones universales " de Mesué et laissa plusieurs manuscrits dont l'un, conservé à la Bibliothèque nationale, composé en 1305, a pour titre " De arboribus communibus et aromaticis ".

[[asset:image:3161 {"mode":"full","align":"","field_asset_image_copyright":[],"field_asset_image_description":[]}]]

 



Source : legeneraliste.fr