On meurt trop rarement chez soi, mais presque jamais isolé

Publié le 01/07/2015

Crédit photo : VOISIN/PHANIE

Si le fait de mourir chez soi est le souhait de la majorité des gens, la réalité est toute autre. En effet, à l’approche du décès le maintien à domicile se raréfie, confirme l’enquête "Fin de vie en France" publiée mercredi. Pour les auteurs de cette étude de l’INED, la raison principale de ce recul du maintien à domicile, est la complexité des soins qui rend souvent le maintien à domicile impossible. L’enquête se penche notamment sur les lieux de vie au cours du mois précédant le décès, afin de comprendre pourquoi rester à la maison est de plus en plus rare.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)