Rythme circadien, sommeil

MÉLATONINE : UNE PLACE QUI S’AFFIRME EN PSYCHIATRIE  Abonné

Publié le 03/10/2019
Alors que de plus en plus de psychiatres et de gériatres utilisent la mélatonine en traitement adjuvant de pathologies psychiatriques, la Société française de recherche et de médecine du sommeil (SFRMS) publie ses premières recommandations d’experts sur cette thématique. La mélatonine va dans les années qui viennent trouver une place de plus en plus importante comme traitement adjuvant de pathologies psychiatriques associées à des troubles des rythmes biologiques ou des troubles du sommeil.
Mélatonine

Mélatonine
Crédit photo : VOISIN/PHANIE

Bien que le nombre d’études sur le sujet soit encore limité et que les méthodologies utilisées soient variées, la mélatonine semble pouvoir trouver une utilité chez les patients psychiatriques stabilisés ou en rémission afin de prévenir les rechutes lorsque des symptômes d’insomnie ou des troubles du sommeil persistent. Dans ce cas, la mélatonine pourrait améliorer la qualité du sommeil et stabiliser les rythmes circadiens, deux composantes essentielles de la physiopathologie de nombre de malades psychiatriques.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte