?Médicament

Quand bon usage rime avec dépenses sages  Abonné

Publié le 18/01/2013
Si tous les pays du monde rationalisaient leur consommation, d’importantes économies seraient encore possibles sur le médicament. Une étude IMS Health sur 186 pays présentée aux Universités de Pharmaceutiques incline à le penser.

D’?importantes économies sur le médicament sont possibles en agissant sur des facteurs touchant peu ou prou à son bon usage. Lors des Universités de Pharmaceutiques à Strasbourg, le mois dernier, IMS Health a révélé les résultats d’une étude sur 186 pays. Elle estime que près de 500 milliards de dollars d’économies (360 milliards d’euros) sont réalisables, soit 8 % des dépenses de santé dans le monde. Pour arriver à ce constat, les experts identifient six leviers. Plus de la moitié des économies visent sur la non-observance : 269 milliards de dollars seraient possibles à ce titre.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte