Hors AMM : une prescription sur cinq en médecine générale

Les prescriptions hors normes dans le collimateur de l’ANSM Abonné

Publié le 02/10/2015
Les prescriptions hors normes dans le collimateur de l’ANSM


VOISIN/PHANIE

La pratique du hors AMM s’est répandue en France puisqu’elle concernait, en 2013, environ 19 % des prescriptions de médecine générale. Souvent utile, parfois nuisible, elle attire en tout cas l’attention de l’ANSM qui a décidé de se pencher sur le phénomène dès l’année prochaine. Son directeur général, le Dr Dominique Martin, annonce une mission d’information sur le sujet.

On a tous bien en tête le récent feuilleton baclofène où cet anti-contracturant, sur des données empiriques, a été détourné de son usage premier pour aider les patients à lutter contre le « craving » alcoolique. Médecins généralistes en tête, les prescripteurs « hors normes » ont poussé l’Agence du médicament à sortir de sa réserve pour finalement octroyer une recommandation temporaire d’utilisation au baclofène dans l’indication réduction de consommation d’alcool. Cette histoire illustre bien que prescrire hors AMM, c’est – au moins dans l’intention – prescrire au…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte