Courrier des lecteurs

Les génériques dans la tourmente de la post vérité

Publié le 20/10/2017

Y a-t-il une différence entre un princeps, son générique, un co-marketing ou un générique sans princeps, pour une même DCI, à cinétique d’absorption calculée identique à partir des EAN ou non utilisés, sans oublier qu’un repas variable doit être considéré comme un excipient fixe à part entière ? Il existe trois réponses. Celle des scientifiques, celle des politiques, celle des utilisateurs.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)