Tribune

Le regard d'une épidémiologiste sur la pharmacovigilance  Abonné

Publié le 03/11/2016
Suite à notre récent article sur les risques de l’exposition foetale aux ISRS, Catherine Hill, épidémiologiste et biostatisticienne, chercheuse à l’institut Gustave Roussy et ancienne membre du Conseil scientifique de l’Agence du médicament,réagit et livre au Généraliste.fr ses réflexions sur l’évolution que devrait opérer la pharmacovigilance en France.  
[[asset:image:11471 {"mode":"small","align":"left","field_asset_image_copyright":["DR"],"field_asset_image_description":[]}]]

Dans votre article " Exposition foetale aux ISRS : une nouvelle étude à charge ? " vous écrivez : "bien sûr ces travaux demeurent observationnels". Mais qui va tirer au sort des femmes enceintes pour leur administrer ou non des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte