Isotrétinoïne par voie orale : toujours trop de grossesses à risque, l’ANSM envisage de durcir les règles

Par
Publié le 22/10/2020
Une femme jeune présente des cicatrices d'acné.

Une femme jeune présente des cicatrices d'acné.
Crédit photo : DANIEL SAMBRAUS/SPL/PHANIE

De nouvelles actions visant à réduire les risques associés à la prise d’isotrétinoïne orale devraient être menées prochainement. C’est ce que suggère l’ANSM dans un communiqué qui déplore que des grossesses exposées à ce dérivé tératogène de la vitamine A indiqué en deuxième intention contre l’acné sévère, continuent d’être observées en France.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)