Si « Le Généraliste » était paru en 1901

Manger le placenta en famille, une coutume bien singulière !

Par
Publié le 16/05/2017
Histoire

Histoire

La coutume de manger le placenta en famille ou avec des amis est signalée par Engelmann dans son livre sur la Pratique des accouchements chez les peuples primitifs. Non seulement cette coutume est en honneur chez les Lakutes, mais on la retrouve également chez les naturels du Brésil : « Ceux-ci, quand ils peuvent se réunir en secret, mangent avec délices le gâteau placentaire qui vient d’être expulsé. S’ils s’aperçoivent qu’on les observe, ils se contentent alors de l’enterrer ou de le brûler ».

Quant à l’origine de cette coutume bizarre, elle doit se rattacher à la superstition. Engelman raconte que, dans l’Annam, « après avoir fait la toilette de l’accouchée et coupé toutes les parties des vêtements et des nattes qui ont été souillées par le sang, la sage-femme enveloppe dans ces dernières le placenta et les caillots expulsés en même temps. Elle met ce paquet de côté, près du fourneau qui se trouve sous le lit de la mère, en le recouvrant d’un peu de sable pour qu’on ne l’aperçoive pas. Puis, une fois la nuit venue, elle ira furtivement enterrer ce paquet dans un endroit qu’elle seule devra connaître, sinon la mère sera exposée aux plus graves incidents ».

Les Annamites se contentent donc de la disparition de l’arrière-faix à l’insu de la mère. Les Lakutes et les Brésiliens préfèrent l’anéantir dans des agapes fraternelles ou familiales. Question de goût !

(La Chronique médicale, 1901)


Source : legeneraliste.fr