Maltraitance du nourrisson, ces fractures « bizarres » qui doivent alerter  Abonné

Publié le 25/10/2019

mal

mal
Crédit photo : VOISIN/PHANIE

Alors que le gouvernement veut mettre l’accent sur la prévention et la lutte contre la maltraitance infantile, une session du congrès était consacrée aux fractures qui doivent donner l’alerte. Comme l’a rappelé le Pr Agnès Linglart (hôpital du Kremlin Bicêtre), les fractures du nourrisson sont dans deux tiers des cas non accidentelles, donc le fait d’une maltraitance ou d’une négligence et assujetties d’un risque de récidive.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte