L’obésité extrême ne diminue pas chez les jeunes Américains

Publié le 08/04/2014

Crédit photo : GARO/PHANIE

Non, l'obésité ne recule pas chez les très jeunes Américains ! Une étude publiée lundi s’inscrit en faux contre les assurances des autorités sanitaires américaines, au moins pour l'obésité extrême. "Hormis une augmentation de l'obésité extrême, la prévalence de l'obésité n'a pas vraiment changé au cours des 14 dernières années", conclut néanmoins le Dr Asheley Cockrell Skinner de la faculté de médecine de l'Université de Caroline du Nord et principal auteur de la recherche publiée dans le JAMA.

Ces résultats sont basés sur une analyse des données portant sur 26.690 enfants de 2 à 19 ans entre 1999 et 2012 menée dans le cadre d'une enquête nationale sur la santé et la nutrition. Selon les chercheurs, 17,3% des enfants et adolescents américains étaient obèses en 2012, un taux quasiment inchangé par rapport à 1999. Toutefois la proportion des jeunes extrêmement obèses a doublé sur cette période, passant de 0,9% à 2,1%. Une obésité morbide, qui se définit par un indice de masse corporelle supérieur à 40.

Ces conclusions contredisent un rapport des Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies (CDC) du 25 février qui montrait une baisse spectaculaire de 43% de l'obésité chez les 2 à 5 ans entre 2003 à 2012, dont le taux est passé de 14% à 8%. Cette baisse, la première constatée dans la prévalence de l'obésité infantile, avait fait la une du New York Times et avait été saluée par la première Dame des Etats-Unis, Michelle Obama qui mène une campagne contre la malbouffe et le surpoids.


Source : legeneraliste.fr