Pédiatrie

L’INVAGINATION INTESTINALE AIGUË  Abonné

Publié le 17/04/2015
Revenue sur le devant de la scène en tant qu’effet secondaire de la vaccination antirotavirus, l’invagination intestinale aiguë (IIA) du nourrisson est le plus souvent idiopathique et iléo-cæcale.

Crédit photo : ZEPHYR/SPL/PHANIE

ÉPIDÉMIOLOGIE

Dans 80 % des cas, l’invagination intestinale aiguë (IIA) touche l’enfant entre 3 et 36 mois avec un pic de prévalence à 9 mois de vie. Il s’agit d’un garçon dans deux cas sur 3. L’IIA survient parfois au décours d’une virose banale, via une adénolymphite mésentérique ou un « dypéristaltisme », expliquant sans doute la prédominance automno-hivernale.

Lorsqu’elle survient avant 3 mois ou après 3 ans, il s’agit plus fréquemment d’une IIA secondaire (15 % des cas).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte