L'hormonothérapie dans le cancer de la prostate  Abonné

Publié le 11/02/2011

-› La majorité des cancers de la prostate sont hormonosensibles. L'hormonothérapie fait appel à plusieurs types de molécules.

Les analogues (ou agonistes) de la LH-RH bloquent la production hypophysaire de LH et de FSH et induisent un effondrement de la testostérone. Cet effet survient après une élévation initiale de la FSH et de la RH durant les 2-3 premières semaines, ce qui nécessite d'associer un anti-androgène durant cette période (effet "flare-up").

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte