Les troubles du sommeil, marqueur prédictif du risque de suicide  Abonné

Publié le 31/01/2020

La littérature avait déjà mis en évidence une relation étroite entre perturbations du sommeil et rythmes biologiques d’une part, et apparition de symptômes dépressifs d’autre part. Plus récemment, plusieurs travaux ont montré un lien fort avec les idées suicidaires ou les tentatives de suicide, indépendamment de toute dépression.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte