À retenir

Les trois messages du Pr Pierre Dellamonica  Abonné

Publié le 06/06/2014

› Le vaccin n’étant pas pour demain, les médecins doivent rester vecteurs d’information sur les moyens de prévention (préservatif).

› Le dépistage doit être accru en toute occasion, notamment en médecine générale. Certaines régions, comme la PACA, dépistent plus que d’autres. Il faut réduire cette hétérogénéité.

› À coté des sujets à risque habituels, il convient de dépister le VIH chez les hétérosexuels d’une quarantaine d’années. On constate, en effet, dans cette tranche de population une prévalence élevée d’infections.


Source : Le Généraliste: 2686