La polémique

Les traitements anti-arthrosiques sur le fil du rasoir

Publié le 29/12/2014

La menace de déremboursement de la visco-supplémentation dans l’arthrose, après l’avis négatif rendu l’an dernier par la Commission Nationale d’Evaluation des Dispositifs Médicaux et des Technologies de Santé, avait soulevé un tollé chez les rhumatologues qui craignaient que le déremboursement de ces injections intra-articulaires ne conduise les patients vers une plus grande consommation d’antalgiques ou d’AINS, voire vers une pose de prothèse. Ces traitements n’ont certes qu’un impact symptomatique, mais apportent au niveau du genou un bénéfice fonctionnel net et prolongé. Leur impact est plus modeste dans la coxarthrose. Ils restent toujours remboursés actuellement, avec des prix et des taux de prise en charge extrêmement variables selon le type de produit…

Autre sujet de polémique, les AAAL (anti-arthrosiques d'action lente), dont l’impact était considéré comme « incertain » en l’absence de bénéfice structurel mais aussi d’effets indésirables et pour lesquels des restrictions vis-à-vis de la diacéréine viennent d’être émises . Elle ne doit plus être prescrite chez les plus de 65 ans ou en cas d’antécédent hépatique et la fonction hépatique vérifiée avant et au cours du tra



Source : legeneraliste.fr