LES PANSEMENTS IMPRÈGNES  Abonné

Publié le 21/11/2014

On distingue les interfaces des compresses imprégnées.

› Les premiers, plus modernes, possèdent une adhérence faible, persistante tout au long de l’utilisation au contact direct de la plaie (absence de migration de la substance imprégnée ou enduite), visant à limiter les traumatismes et les douleurs induits par le retrait des pansements. Leur trame suffisamment ajourée permettant le passage des exsudats vers le pansement secondaire.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte