Les maitres de stages prescrivent moins d’antibiotiques

Publié le 03/02/2018
Médecin généraliste et interne

Médecin généraliste et interne
Crédit photo : BURGER/PHANIE

Au vu des meilleures performances de ROSP des maîtres de stage universitaire de médecine générale (MSU) sur les critères de suivi de diabète, de vaccination anti-grippale ou de mammographies de dépistage, une équipe française de médecine générale a publié une étude dans PLoS ONE démontrant qu’à patientèles identiques, les MSU prescrivent moins d’antibiotiques que leurs confrères non enseignants.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)