Myélomes, leucémies, lymphomes

Les hémopathies chroniques de moins en moins malignes Abonné

Publié le 01/02/2019
Les hémopathies chroniques de moins en moins malignes

AM
SPL/PHANIE

Le congrès américain d’hématologie a permis de prendre la mesure des progrès réalisés en onco-hématologie, notamment dans la leucémie lymphoïde chronique et le myélome. Ces pathologies bénéficient désormais de thérapies ciblées qui améliorent la survie sans progression et permettent des prises en charge ambulatoires, à l’image d’autres maladies chroniques non malignes.

Au début des années 2000, les hémopathies malignes faisaient la une des journaux et ouvraient le bal des thérapies ciblées, avec les résultats spectaculaires du Glivec dans la leucémie myéloïde chronique (LMC). Depuis, ces pathologies se sont faites plutôt discrètes, éclipsées par les progrès réalisés pour certaines tumeurs solides. Pourtant, le pronostic de certaines d’entre elles s'est totalement transformé, puisqu'il s'agit aujourd'hui de les traiter au long cours au même titre que d'autres maladies chroniques non malignes, avec des traitements susceptibles d'être suspendus puis repris,…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte