Obstetrique

LES GROSSESSES TARDIVES  Abonné

Publié le 23/10/2009
Avoir un enfant après 40 ans est de plus en plus fréquent. Les notions de parité, d’antécédents médicaux et d’observance médicale participent grandement au pronostic obstétrical.

Avoir un enfant à 40 ans devient très fréquent puisque 2,5% des Françaises ont cet âge au moment où elles accouchent. Avec l’amélioration de la surveillance prénatale, les résultats des grossesses tardives sont loin d’être mauvais. Un femme désirant un enfant après 42 ans peut tout à fait mener à bien son projet dès lors qu’elle se soumet à un suivi attentif. Ce sont les notions de parité, d’antécédents médicaux et de milieu social qui participent grandement au pronostic. Selon le Pr Frydman : « les grossesses tardives sont difficiles à concevoir mais simples à réussir. »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte