Les femmes traitées pour un carcinome canalaire in situ ne souffriraient pas d’une baisse de longévité

Par
Publié le 27/01/2017
carci

carci
Crédit photo : DR P. MARAZZI/SPL/PHANIE

Les femmes de plus de 50 ans qui ont été soignées suite à la découverte d’un carcinome canalaire in situ (CCIS) ont plus de chance que les femmes de la population générale d’être encore en vie 10 ans après selon une étude présentée lors du congrès européen contre le cancer 2017.

Les CCIS ont la particularité d'être des cancers n'ayant pas franchi la membrane basale. Mais il s'agit de lésions histologiques dont le risque est l’apparition au long cours d’un cancer infiltrant.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)