Les étudiants, de plus en plus fragiles psychiquement

Publié le 10/12/2013

Près de 63% des étudiants jugent leur état de santé satisfaisant ou très satisfaisant, selon une enquête menée par l'Observatoire de la vie étudiante (OVE) publiée mardi. Cette proportion d’étudiants qui se disent en bonne santé diminue ces derniers temps, puisqu’ils étaient 73% dans ce cas lors de la dernière enquête, en 2010. 53 % se sont sentis stressés ou déprimés la semaine précédant leurs réponses, 39% ont ressenti de l'épuisement et plus d'un quart (26%) de la solitude ou de l'isolement, révèle encore cette étude. L'état de santé psychologique est variable selon la filière suivie : les élèves des prépas sont ainsi plus nombreux que l'ensemble des étudiants à ressentir de la déprime (69% contre 53%) et du stress (64% contre 53%). 27% des étudiants renoncent à des soins, dont la moitié pour des raisons financières. L'exercice d'une activité professionnelle n'est pas sans impact sur la santé : ainsi les 8% d’étudiants qui exercent une activité jugée "fortement concurrentielle" à leurs études ressentent davantage que ceux qui ne travaillent pas les symptômes d'épuisement (44% contre 38%) et de déprime (60% contre 50%). Dans ce contexte, ils se confirme qu’un nombre non négligeable d’étudiants renoncent à soins : c’est ce qu’affirment 27% des étudiants, la moitié évoquant des raisons financières.

Enquête par questionnnaire auprès de plus de 200.000 étudiants: 51.000 étudiants ont donné leur avis et 41.000 questionnaires, entièrement remplis, ont pu être exploités.

Source : legeneraliste.fr