Métabolisme

LES DYSLIPIDÉMIES  Abonné

Publié le 20/01/2012

Évaluation plus fine du risque cardiovasculaire, abaissement des objectifs thérapeutiques de LDL-cholestérol : les dernières recommandations européennes font évoluer la prise en charge des dyslipidémies.

Dans le plasma, les lipides sont véhiculés sous forme de lipoprotéines.

Dans le plasma, les lipides sont véhiculés sous forme de lipoprotéines.
Crédit photo : ©BSIP

Selon des données 2006-2007, une dyslipidémie est retrouvée chez 48 % de la population adulte de 35 à 64 ans (1). L'hypercholestérolémie est la dyslipidémie la plus fréquente : elle concerne 36,9 % des adultes, soit 9,1 millions de personnes.

Le profil le plus fréquent est l'hypercholestérolémie pure (27,5 %). La seconde anomalie est l'hypercholestérolémie associée à une hypo-HDL-cholestérolémie, suivie par l’hyperlipidémie mixte. L’hypertriglycéridémie pure est observée chez 2,4% des patients.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte