LES ANTIPARKINSONIENS  Abonné

Publié le 07/11/2014

Les antalgiques majeurs sont responsables de troubles sexuels par leurs effets sédatifs et psychotropes.

Les opioïdes sont connus pour augmenter la sécrétion de GH et de prolactine et diminuer la LH, la testostérone, l’œstradiol, et l’ocytocine. Leur utilisation peut générer un syndrome de déficit en testostérone et les troubles de la libido et de l’érection qui s’y rapporte.



Source : Le Généraliste: 2697