LES ANTIPARKINSONIENS  Abonné

Publié le 07/11/2014

Ce sont majoritairement les troubles du bas appareil urinaire qui affectent les deux tiers des patients traités pour Parkinson (hyperactivité vésicale, troubles obstructifs). Mais les antiparkinsoniens sont responsables chez 10 à 20 % des patients d’états d’hypersexualité, de désinhibition, voire de paraphilies.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte