Gynécologie

LE SYNDROME GÉNITO-URINAIRE  Abonné

Publié le 01/06/2017
Ce syndrome résulte de la chute des œstrogènes à la ménopause. Il est d’apparition progressive et chronique. Insuffisamment dépisté, il détériore la qualité de vie des patientes. Administrés localement, les œstrogènes sont efficaces.
.

.
Crédit photo : GARO/PHANIE

En 2012, la North American Menopause Society (NAMS) et l’International Society for the Study of Women’s Sexual Health (ISSWSH) ont décidé de créer la nouvelle terminologie de syndrome génito-urinaire pour remplacer le terme d’atrophie vulvo-vaginale, jugé inadéquat et trop restrictif pour décrire les différents symptômes vulvaires, vaginaux et urinaires, en rapport avec le déficit estrogénique dû à la ménopause.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte