Thérapeutique

LE SUIVI D’UN TRAITEMENT PAR ANTIVITAMINES K  Abonné

Publié le 07/05/2010
En avril 2009, l’Afssaps a émis des recommandations sur le bon usage des antivitamines K. Malgré les recommandations antérieures de 2000 et 2004 cette classe thérapeutique tient toujours une place importante dans la iatrogénie médicamenteuse. En 10 ans, leur prescription a doublé.

Les antivitamines K (AVK) sont prescrits à environ 900 000 personnes en France (plus de 1 % de la population), dont plus de 70 % sont des patients de plus de 70 ans. Ils sont la première cause d’accidents iatrogènes entraînant 17 000 hospitalisations dont le quart sont évitables, 29 400 accidents hémorragiques graves et 5000 décès. Les indications cardiologiques représentent 80 % des prescriptions et la maladie thromboembolique 20 %.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte