Le risque de récidive d’un mélanome est à vie  Abonné

Publié le 10/06/2011

La surveillance clinique est fondamentale. « C’est l’examen de tout le tégument bien entendu mais il faut être hypervigilant au niveau de la cicatrice et bien palper les aires ganglionnaires, la majorité des récidives sont locorégionales. On a pour objectif, si l’on découvre un nouveau mélanome, qu’il soit moins épais que le premier », insiste le Dr Longvert.

Mais cela ne suffit pas, il est tout autant indispensable :

- d’éduquer ses patients à l’auto surveillance,

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte