Le premier laboratoire japonais consacré aux virus les plus mortels peut enfin être exploité

Publié le 08/08/2015

Plus de 30 ans après sa création, un laboratoire de recherche va enfin, pour la première fois au Japon, pouvoir effectuer des travaux sur les virus les plus dangereux au monde. Depuis son inauguration en 1981, cet établissement public, situé à Musashimurayama, une des communes de la préfecture de Tokyo, s’était jusqu’ici heurté à l'opposition de la population locale. Celle-ci craignait, en effet, d’être exposée à des virus extrêmement pathogènes dans une zone résidentielle dotée de plusieurs écoles et bâtiments municipaux.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)