LE PHÉNOMÈNE DE RAYNAUD  Abonné

Publié le 13/12/2018
Chez une jeune femme se plaignant d’un phénomène de Raynaud, un bilan étiologique doit être entrepris. Il touche entre 3 et 10 % des adultes, avec une prépondérance féminine.
Phénomène de Raynaud

Phénomène de Raynaud
Crédit photo : VOISIN/PHANIE

Une jeune femme de 35 ans, professeur d’éducation physique, sous contraception hormonale, sans antécédent particulier est vue en consultation, pour un blanchissement paroxystique des quatre doigts aux niveaux des deux mains, déclenché par le froid et l’humidité. Le pouce est respecté. Au réchauffement, un érythème local apparaît, s’accompagnant de douleurs. Elle souffre de ce problème depuis environ cinq ans. L’examen clinique ne révèle rien de particulier, la manœuvre d’Allen est normale.

LE DIAGNOSTIC

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte