7es Assises françaises de sexologie

Le paradoxe de la contraception  Abonné

Publié le 18/04/2014
Si la contraception est censée libérer et faciliter la sexualité féminine, elle peut, dans de rares cas, s `accompagner ou révéler des troubles sexuels féminin. Un paradoxe détaillé lors des 7es assises françaises de la sexologie. Une édition qui a également fait la part belle aux troubles sexuels masculins comme la dysfonction érectile ou l’éjaculation précoce.

Crédit photo : VOISIN/PHANIE

La contraception est perçue comme un atout pour la sexualité féminine. Mais paradoxalement, peu d’études se sont penchées sur son impact sexuel réel chez les femmes. « Les rares travaux disponibles suggèrent que pour la grande majorité d’entre elles la contraception a plutôt un effet bénéfique, a expliqué le Dr Francis Collier (CHRU de Lille), lors d’un atelier. Mais pour un petit pourcentage elle peut aussi s’accompagner ou révéler des troubles de la sexualité ».

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte