Le cancer pulmonaire en pleine mutation

Le dépistage ciblé du cancer du poumon s’impose peu à peu  Abonné

Publié le 07/03/2014

Le cancer pulmonaire reste particulièrement meurtrier. Mais son pronostic pourrait s’améliorer grâce à un dépistage plus systématisé et à la cartographie moléculaire, comme l’ont expliqué plusieurs experts lors du récent Congrès de pneumologie de langue française.

Crédit photo : SCIENCE SOURCE/PHANIE

Fil rouge du XVIIIe Congrès de pneumologie de langue française (Marseille, 31 janvier-2 février 2014), le cancer broncho-pulmonaire (CP) a été abordé sous toutes les facettes. Côté épidémiologie, l’incidence de ce cancer est en France de 39 500 nouveaux cas par an, avec une répartition inégale sur le territoire dessinant une véritable « carte de la déprivation sociale, selon G.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte