Maladies cardio-vasculaires

Le cœur féminin à la peine  Abonné

Publié le 12/06/2015
Spécificités anatomiques, variations hormonales, les femmes cumulent les désavantages vis-à-vis des maladies cardiovasculaires. Et si les œstrogènes les sauvent un temps, la sanction de la carence œstrogénique à la ménopause est sans appel. Pourtant la cardiologie se conjugue encore souvent au masculin.

Crédit photo : SPL/PHANIE

Le genre compte pour beaucoup dans les maladies cardiovasculaires (MCV). Tout d’abord pour des raisons anatomiques, les artères étant plus fines et moins longues chez la femme. Ces différences se répercutent sur la régulation de la pression artérielle du fait d’une distance raccourcie entre le cœur et les artères distales.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte