Gastro-entérologie

LE BON USAGE DES INHIBITEURS DE LA POMPE À PROTONS  Abonné

Publié le 14/02/2019
Les IPP ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide gastrique. Mais 60 % des prescriptions sont hors AMM, selon l'ANSM. Cette classe médicamenteuse souffre d'une mauvaise réputation secondaire à des résultats d'études peu concluantes et mal construites. Revenir aux indications de l'AMM est une nécessité absolue pour préserver leur efficacité.
IPP

IPP
Crédit photo : GASTROLAB/SPL/PHANIE

Les inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) ont fait leur apparition en France à la fin des années quatre-vingt. Ils ont révolutionné la prise en charge des maladies liées à l’acide, alors traitées essentiellement par les antagonistes des récepteurs H2, au profil d’efficacité antisécrétoire à court et long termes beaucoup moins favorable, produisant des effets secondaires et responsables d’interactions médicamenteuses plus fréquentes.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte