À l'ASCO, on peine à optimiser les associations d'immunothérapies

Par
Publié le 05/06/2018

En cancérologie, le champ de l'immunothérapie s'est énormément développée ces 7 dernières années. Les anticorps anti-CTLA-4 - ipilimumab, anti-PD1 - nivolumab puis pembrolizumab, puis la combinaison ipilimumab-nivolumab et encore l'utilisation de virus oncolytiques… ont été à l'origine de nombreuses études dans différents types de cancers. L'association d'inhibiteurs de tyrosine kinase, dabrafenib et trametinib qui a fait l'objet d'essais thérapeutiques, a été également approuvée il y a peu pour le traitement du mélanome porteur de la mutation BRAF V600.

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)