Pratiques alimentaires

L’appartenance sociale déterminante  Abonné

Publié le 25/09/2015

Au niveau des pratiques alimentaires, « il y a un clivage très fort aussi bien chez l’adulte que chez l’enfant entre les catégories aisées et modestes, remarque Faustine Régnier, chercheur en sociologie au laboratoire Alimentation et sciences sociales (ALISS, INRA, Ivry-sur-Seine).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte