Acné

L’ANSM serre la vis sur l’isotrétinoïne  Abonné

Publié le 22/05/2015
Annoncée en janvier dernier, la mesure est désormais effective : la primo- prescription d’isotrétinoïne est maintenant réservée aux dermatologues. Seul le renouvellement pourra être assuré par tout médecin.

Ce sont deux études récentes de l’Assurance Maladie qui ont allumé la mèche en mettant en évidence un respect insuffisant des conditions de prescription et de délivrance. La première, menée entre 2007 et 2013, a montré un non-respect de la prescription d’isotrétinoïne orale en deuxième intention dans un cas sur deux, c’est-à-dire après une antibiothérapie systémique et un traitement topique. Les données montrent que le bon usage était plus fréquent lorsque l’initiation était effectuée par un dermatologue (40,1 % versus 24,8 % chez le médecin généraliste).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte