La HAS valide l’usage des TROD dans l’hépatite C mais limite leurs indications

Publié le 27/05/2014

Crédit photo : GARO/PHANIE

La HAS vient de positionner les tests rapides d’orientation diagnostique (TROD) dans l’hépatite C comme « une offre de dépistage complémentaire intéressante pour permettre de proposer le dépistage, dans un cadre médicalisé et non médicalisé, à certains individus que les structures habituelles de dépistage n’arrivent pas actuellement à rejoindre. »

En effet, ces dispositifs présentent l’avantage d’être d’utilisation simple, de permettre un résultat rapide, de ne pas nécessiter de prélèvement veineux, et ils sont utilisables n’importe où et sont bien acceptés.

Deux tests disposant désormais du marquage CE sont disponibles sur le marché français : le test Oraquick® HCV et Toyo® HCV, tous deux à réaliser préférentiellement sur sang capillaire. Le dépistage à partir de liquide craviculaire est possible quand le prélèvement capillaire est impossible ou refusé par la personne.

Les TROD oui mais pas pour tous

Toutefois, ces tests ne sont pas destinés à être utilisés larga manu et à se substituer au test Elisa de 3e génération qui reste le gold standard du dépistage. La HAS définit deux catégories de populations susceptibles de bénéficier prioritairement des TROD VHC :

- les populations à risque éloignées des structures d’accès commun comme les usagers de drogue les plus marginaux ou les personnes originaires ou ayant reçu des soins dans des pays à forte prévalence du VHC (Egypte, Pakistan, Géorgie et pays de l’Europe de l’Est, ..);

- et les populations à risque non ou insuffisamment dépistées et chez qui les avantages des TROD arriveraient plus facilement à les convaincre tels que les usagers de drogue suivis dans des programmes de traitement substitutif des opiacés, les personnes détenues ou les personnes vivant avec le VIH.

Un algorithme d’interprétation

Un résultat négatif du TROD peut exclure une infection par le VHC, sauf en cas d’exposition récente datant de moins de trois mois. Dans ce cas, un nouveau dosage des Ac anti-VHC est recommandé 3 mois après soit par TROD soit par test biologique.

En cas de résultat positif du TROD, un contrôle systématique de la sérologie par un test immuno- enzymatique (Elisa de 3ème génération) devra être réalisé à partir d’un prélèvement veineux unique afin d’éliminer un éventuel faux positif.En cas de résultat invalide (TROD ininterprétable), un second TROD ou sérologie au moyen d’un test Elisa pourront être réalisés.


Source : legeneraliste.fr